Nourriture – Ici Portugal • Actualité portugaise, à la française ! https://www.iciportugal.com Wed, 02 Sep 2020 16:45:44 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.5.1 https://www.iciportugal.com/wp-content/uploads/2017/07/cropped-Logo-site-32x32.png Nourriture – Ici Portugal • Actualité portugaise, à la française ! https://www.iciportugal.com 32 32 La particulière histoire du Vin de Porto https://www.iciportugal.com/la-particuliere-histoire-du-vin-de-porto/ https://www.iciportugal.com/la-particuliere-histoire-du-vin-de-porto/#respond Thu, 03 Sep 2020 09:36:01 +0000 https://www.olaportugal.fr/?p=94 Vin de Porto

Autour du vin de Porto, il y a toute une histoire fascinante qui le rend encore plus délicieux. Ce grand cru a traversé des époques, il a vu nos ancêtres, il a vu des successions depuis près de deux mille ans et, voici une ébauche de sa riche histoire. D’aucuns se demanderont pourquoi il est […]

L’article La particulière histoire du Vin de Porto est apparu en premier sur Ici Portugal • Actualité portugaise, à la française !.

]]>
Vin de Porto

Autour du vin de Porto, il y a toute une histoire fascinante qui le rend encore plus délicieux. Ce grand cru a traversé des époques, il a vu nos ancêtres, il a vu des successions depuis près de deux mille ans et, voici une ébauche de sa riche histoire.

D’aucuns se demanderont pourquoi il est mentionné en prélude que le vin porto date de deux mille ans quand la rumeur la plus répandue nous dit le contraire.

En effet, si on se réfère à un historien de la Grèce Antique nommé Strabon, les vignes de la vallée du Douro ont connu leurs premières cultures dans les 200 avant JC.

Contrairement à la pensée populaire, le vin de Porto n’est pas produit dans cette ville mais plutôt à Douro.

Un conflit diplomatique à la base de sa naissance

Si les Anglais sont les plus grands consommateurs du vin de Porto, c’est grâce à un conflit qui a opposé la France et le Royaume-uni.

En effet, en 1667, une loi promulguée par le Premier ministre du roi Louis XIV impose aux commerçant anglais de payer une taxe importante sur toute sorte de marchandise provenant de l’Angleterre.

En réponse à cette décision, le roi Charles II instruit de mettre un terme à l’entrée des vins français sur le territoire anglaise et d’ouvrir les vannes aux crus portugais.

Une décision inopinée car, quelques années auparavant, un traité entre l’Angleterre, la Corse et le Portugal avait permis aux commerçants anglais de s’installer en grand nombre sur le territoire portugais grâce à une faible taxation de leurs activités.

C’est ainsi que les vins produits à Douro étaient acheminés à Porto (à cause de sa côte), par le moyen de bateaux . L’activité devenant onéreuse, les commerçants anglais vont envahir Porto (dans les années 1710) pour y accélérer ce commerce autour du ce vin très prisé par la cour toute et toute l’oligarchie.

Comment le vin de porto est muté

Pour transporter le vin, de Porto à l’Angleterre, les marchands avaient comme moyen de transport des bateaux (« rabelos« ). Le voyage étant très long, les vignerons ont donc trouvé une solution artisanale pour empêcher l’altération du vin grâce à un procédé appelé mutage.

1675 est l’année où le commerce de ce vin prend sa vitesse de croisière et qu’il est baptisé vin de Porto à cause, non pas de son origine, mais du point à partir duquel il était fretté.

Une quasi détaxation du vin de porto

En l’an 1703, le roi négocie un traité avec le Portugal appelé le traité de Methuen. Il réduit de façon plus que substantielle, les taxes sur l’entrée des vins de porto dans les royaumes unis.

Survient alors une période qui voit les vignobles de Douro et les commerçants anglais prospérer.

Le succès attirant les oiseaux de mauvais augures, des pratiques frauduleuses autour de ce vin ont mis frein à ce boom dans les années 1750.

Pour ces différentes raisons, les autorités portugaises ont décidé d’instaurer une nouvelle réglementation plus restrictives à partir de 1756.

L’apologie du vin de porto

En 1834, la guerre civile connaît son épilogue et le commerce du porto reprend ses droits. Les vignerons décident de parfaire le procédé de mutage qui connaîtra son apothéose avec les très célèbres millésimes 1834, 1847, 1863 ou le 68.

De 1933 à 2003, l’institutionnalisation du vin se fait à travers des syndicats, et différentes organisations en Europe.

Plus récemment encore

Le XVIIème siècle a toujours été le siècle de l’excellence, le siècle du vintage mais, ces dernières années, notamment, 2007 et 2011 ont ressuscité la créativité des vignobles qui ont produit d’excellents millésimes capable de faire aisément concurrence à leurs ancêtres.

Il est à noter qu’aujourd’hui, les Français occupe la première place dans le classement des consommateurs du vin de Porto. Les choses ont bien évolué depuis le temps !

L’article La particulière histoire du Vin de Porto est apparu en premier sur Ici Portugal • Actualité portugaise, à la française !.

]]>
https://www.iciportugal.com/la-particuliere-histoire-du-vin-de-porto/feed/ 0
L’histoire du succès des Pastéis de Belém https://www.iciportugal.com/histoire-succes-pasteis-de-belem/ https://www.iciportugal.com/histoire-succes-pasteis-de-belem/#respond Sat, 08 Aug 2020 18:05:43 +0000 https://www.olaportugal.fr/?p=47 Pastéis de Belém

Les Pastéis de Belém sont une pâtisserie non seulement nationalement connues au Portugal mais font également la réputation du pays dans le monde entier ! Cependant, la recette des vraies Pastéis de Belém est très secrète. On raconte qu’il n’y aurait au monde que cinq dépositaires de la recette originale.. Dans cet article, nous vous proposons […]

L’article L’histoire du succès des Pastéis de Belém est apparu en premier sur Ici Portugal • Actualité portugaise, à la française !.

]]>
Pastéis de Belém

Les Pastéis de Belém sont une pâtisserie non seulement nationalement connues au Portugal mais font également la réputation du pays dans le monde entier ! Cependant, la recette des vraies Pastéis de Belém est très secrète. On raconte qu’il n’y aurait au monde que cinq dépositaires de la recette originale.. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir l’histoire des Pastéis de Belém.

Un peu d’histoire pour commencer

Joyaux de la gastronomie, à l’instar du Porto, Les Pasteis de Belém peuvent être comparés grossièrement à des flans miniatures. Cette délicieuse pâtisserie est également appelé pastel de nata (au pluriel pastéis de nata) — littéralement « pâtisserie(s) à la crème. »
Tout d’abord, il est important de préciser que les Pastéis de Belém sont originaires de la capitale portugaise, Lisbonne. Au début du XIXe siècle, à Belém, près du “Mosteiro dos Jerónimos” (Monastère des Jerónimos), se trouvait une raffinerie de sucre de canne, associée à un petit magasin de commerce en tout genre. Suite à la révolution libérale de 1820, tous les couvents et monastères du pays furent fermés en 1834, le clergé ainsi que ses travailleurs furent expulsés. Toutefois, afin de subvenir à leurs besoins, un des anciens occupants du Monastère décida en 1837 de vendre dans ce même petit magasin, des tartelettes issues de la recette originale du monastère et rapidement appelées “Pastéis de Belém” (pâtisseries de Belém).

Une recette toujours tenue secrète !

En effet, au cours du XIXe siècle, seuls les monastères possédaient assez de nourriture pour pouvoir stocker du lait et de la crème. Il faut savoir qu’à l’époque, Belém se situait à une certaine distance de Lisbonne, et que les trajets étaient tous effectués via le bateau à vapeur. Cependant, la ville était déjà très touristique à l’époque, et les Pastéis de Belém ont rapidement connu un succès planétaire. Au fil des années, la recette est passée de génération en génération, mais selon la légende qui court, il n’y aurait en vérité que cinq personnes qui détiendraient le véritable secret de cette succulente recette. Ainsi, les autres recettes existantes ne seraient donc que des théories ou des copies. Certaines personnes affirment que cette pâtisserie fait maintenant partie des meilleures choses à déguster dans le monde entier et qu’il est indispensable de goûter si l’on séjourne au Portugal.

Où manger les vraies Pastéis de Belém ?

Pour déguster ces succulents Pastéis de Belém, vous devez vous rendre dans l’Antiga Confeitaria de Belém, située à Lisbonne. Ouverte depuis 1837, c’est le seul endroit où vous aurez la chance de déguster de vraies Pastéis de Belém. Cependant, il sera nécessaire de vous montrer patient car l’attente est longue, et il n’est pas rare de voir une longue file d’attente sur le trottoir. À cet endroit, 20 000 de ces pâtisseries sont fabriquées tous les jours. Il est d’ailleurs possible de visiter les ateliers de fabrication si vous le désirez, mais vous n’aurez pas le droit d’entrer dans la pièce où la pâte et la crème sont réalisées. En effet, c’est un véritable secret qui doit perdurer.

Ainsi, le succès des Pastéis de Belém n’est pas prêt de s’éteindre. La recette ne cessera d’être transmise, mais le secret ne sera jamais révélé. C’est d’ailleurs ce qui en fait également son mystère et sa popularité. Ainsi, encore aujourd’hui, les Pastéis de Belém sont conçus d’une manière totalement unique, ce qui en fait une pâtisserie chargée d’histoire et de succès.

N’hésitez pas à nous communiquer vos adresses !

L’article L’histoire du succès des Pastéis de Belém est apparu en premier sur Ici Portugal • Actualité portugaise, à la française !.

]]>
https://www.iciportugal.com/histoire-succes-pasteis-de-belem/feed/ 0
Les Portugais, plus gros consommateurs de vin au Monde https://www.iciportugal.com/les-portugais-plus-gros-consommateurs-de-vin-au-monde/ https://www.iciportugal.com/les-portugais-plus-gros-consommateurs-de-vin-au-monde/#respond Wed, 02 May 2018 08:04:48 +0000 https://www.olaportugal.fr/?p=327 Vin Rouge

Le Portugal est leader mondial dans le consommation de vin ! Les données de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin, fournies par le journal portugais « Diário de Notícias » révèlent que, en moyenne, chaque portugais consomme 51,4 litres de vin par an, soit 72 bouteilles. Un record au niveau mondial ! Ce record contraste […]

L’article Les Portugais, plus gros consommateurs de vin au Monde est apparu en premier sur Ici Portugal • Actualité portugaise, à la française !.

]]>
Vin Rouge

Le Portugal est leader mondial dans le consommation de vin ! Les données de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin, fournies par le journal portugais « Diário de Notícias » révèlent que, en moyenne, chaque portugais consomme 51,4 litres de vin par an, soit 72 bouteilles. Un record au niveau mondial !

Ce record contraste avec son voisin l’Espagne. Si ce dernier est leader en exportation de vins, sa consommation de 25 litres par personnes et par an reste bien derrière le Portugal.

L’OIV rajoute que au niveau mondial, la consommation de vin en 2017 se situe autour des 243 millions d’hectolitres, soit un million de plus que l’an passé. Les Etats-Unis mènent le classement avec 32,6 millions d’hectolitres. S’en suit la France (27 millions), l’Italie (22,6 millions) ainsi que l’Allemagne (20,2 millions). Le Portugal quant à lui a dépassé la barre des 4,5 millions d’hectolitres en 2017.

Mais si une augmentation de la consommation de vin a été enregistrée, la production au niveau mondial a baissée. En 2017, 250 millions d’hectolitres de vin ont été produits, soit 8,6% fois moins que l’année dernière. L’organisation explique cette réduction par des « conditions météorologiques défavorables« .

Le Portugal, onzième producteur de vin

L’Italie, la France, l’Espagne et les Etats-Unis ont été les quatre pays qui ont produit près de la moitié du vin dans le monde entier. L’Italie premier au podium compte une production de 42,5 millions d’hectolitres. Le Portugal occupe la 11ème place avec un chiffre de 6,6 millions d’hectolitres de vin en 2017.

Toujours d’après l’OIV, la terre lusitanienne se place dans le top 10 des pays avec le meilleur volume d’exportations de vins. Le Portugal occupe en effet la 9ème position avec 3 millions d’hectolitres l’an passé. Un record comparé à 2016 puisque le pays des Œillets avait vendu 2,8 millions d’hectolitres à l’étranger. Le Portugal se place aussi 9ème plus grand vendeur de vin au monde, celui-ci ayant vendu 752 millions d’euros de marchandises en 2017

L’article Les Portugais, plus gros consommateurs de vin au Monde est apparu en premier sur Ici Portugal • Actualité portugaise, à la française !.

]]>
https://www.iciportugal.com/les-portugais-plus-gros-consommateurs-de-vin-au-monde/feed/ 0
L’histoire de la Francesinha inspirée du croque-monsieur https://www.iciportugal.com/histoire-de-francesinha-inspiree-croque-monsieur/ https://www.iciportugal.com/histoire-de-francesinha-inspiree-croque-monsieur/#respond Fri, 14 Jul 2017 09:05:51 +0000 https://www.olaportugal.fr/?p=81 Francesinha

Typique du nord du Portugal et plus précisément de la région de Porto, et au delà de son gout unique,  la francesinha possède une histoire au cœur des débats. Selon certains, cette recette proviendrait de l’ère Napoléon, tandis que pour d’autres, un certain David da Silva l’aurait inventé il n’y pas si longtemps que cela. […]

L’article L’histoire de la Francesinha inspirée du croque-monsieur est apparu en premier sur Ici Portugal • Actualité portugaise, à la française !.

]]>
Francesinha

Typique du nord du Portugal et plus précisément de la région de Porto, et au delà de son gout unique,  la francesinha possède une histoire au cœur des débats. Selon certains, cette recette proviendrait de l’ère Napoléon, tandis que pour d’autres, un certain David da Silva l’aurait inventé il n’y pas si longtemps que cela. En tout cas, si vous souhaitez déguster cette succulente recette, rendez-vous en terre lusitanienne, ce croque-monsieur typique de Porto capable de rassasier les plus gourmands est très populaire au Portugal.

Un peu d’histoire

L’histoire débute dans les années 60 où un portugais immigré en France nommé David Da Silva a dégusté un croque-monsieur dans une cafétéria. Une recette totalement inconnue pour ce monsieur qui fit une véritable découverte de la culture française. Finalement, ce portugais aurait trouvé cela bon, et aurait notamment trouvé que le principe était très astucieux. Cependant, il pensait tout de même que le goût n’était pas fantastique et que les saveurs étaient bien tristes. Rien de vraiment époustouflant que ce soit au niveau de la présentation, de sa composition, mais également son goût. Retourné au pays après plusieurs années passées à l’étranger, il s’est finalement établi à Porto, en travaillant au restaurant « A Regaleira ». Très créatif, il a alors décidé d’innover ce plat bien trop classique, en lui apportant une véritable touche portugaise.

Ainsi, il l’a façonné au goût des portugais et notamment des habitants de Porto. Il a bien évidemment tenté plusieurs expériences culinaires, et serait ainsi arrivé à trouver la fameuse recette de la francesinha que l’on connaît tous, et qui régale de nos jours de nombreux gourmands au Portugal.

Mais pourquoi ce nom de « petite française » me direz-vous ? En hommage aux françaises qui d’après l’inventeur sont les femmes les plus piquantes qu’il connaisse. Encore une fois, cela reste une légende, nous ne saurons vraiment si cela relève de la réalité.

La Francesinha inspirée de Napoléon ?

Une théorie sur l’origine du plat remonte aux invasions françaises au Portugal de Napoléon, affirme que les troupes françaises avaient l’habitude de manger du pain avec n’importe quelle viande et beaucoup de fromage. Il ne manquait que l’ingrédient que les habitants de Porto allaient ajouter au sandwich : la sauce. Cependant, une certaine unanimité existe pour attribuer la création du plat à Daniel David Silva.

De quoi est composée la Francesinha ?

La francesinha peut être comparée à un croque-madame au niveau de sa présentation. Accompagnée de frites, la base de la francesinha est identique à ce plat français, mais elle est beaucoup plus sophistiquée, plus consistante, et les ingrédients sont bien plus nombreux. C’est un véritable plat portugais à base de boeuf ou de porc (au choix), et non pas un sandwich en soi. De plus, la sauce peut être piquante comme les portugais l’apprécient, même s’il est possible de demander une « francesinha sem piquante » (sans piquant).

Francesinha recette portugaise

Même si de nombreuses personnes essayent de reproduire cette célèbre recette de Porto, il est très difficile d’obtenir le même plat. En effet, la sauce possède un véritable secret qu’il est très difficile de reproduire. Le goût peut être comparable, mais sera difficilement identique. Composée de nombreux alcools, d’oignons, d’ail, de laurier, de viande, de piments, de moutarde, de maïzena ainsi que de lait, selon certains dires, la vraie touche miracle proviendrait de la sauce qui permettrait de différencier les francesinhas.

Si vous ne savez pas avec quoi déguster votre succulente francesinha, nous vous recommandons d’opter pour une bonne bière fraîche ou un excellent vin portugais, mais avec modération car ce plat est réputé pour être assez lourd à digérer. Sinon, pourquoi pas un bon Sumol ?

Où déguster cette recette portugaise ?

Pour finir, si vous recherchez un endroit où déguster des francesinhas, nous vous recommandons tout simplement de vous rendre à Porto même, mais également dans les villes avoisinantes et celles du nord du pays. Généralement, ce plat est proposé dans la plupart des snacks et restaurants au menu. Mais attention cela ne veut pas dire que la francesinha n’est pas présente plus au sud. Il est en effet possible de la découvrir dans tous les recoins du Portugal, du nord au sud et de l’est à l’ouest au point que cette recette fait parti des classiques de la cuisine portugaise. Peu importe, si vous n’êtes pas en plein régime et que prendre des kilos ne vous fait pas peur, vous ne risquerez pas d’être déçu !

L’article L’histoire de la Francesinha inspirée du croque-monsieur est apparu en premier sur Ici Portugal • Actualité portugaise, à la française !.

]]>
https://www.iciportugal.com/histoire-de-francesinha-inspiree-croque-monsieur/feed/ 0