Un hélicoptère de l’INEM se crash : 4 morts

La nuit du samedi 15 au dimanche 16 décembre, un hélicoptère-ambulance  de l’INEM s’est écrasé au nord du Portugal. L’épave de l’appareil a été retrouvée dans la commune de Valongo et quatre membres de son équipage ont trouvé la mort, a proclamé le service d’urgences médicales national (INEM).

Selon les autorités locales, il s’agit des deux pilotes de l’engin (le pilote João Lima et le copilote Luís Rosindo), d’un médecin de nationalité espagnole âgé de 50 ans (Luis Vega) qui les accompagnaient et d’une infirmière (Daniela Silva). Jusqu’à présent, la cause du crash reste un mystère.

L’histoire du crash

Samedi dernier, l’hélicoptère Augusta A109S de l’INEM, opéré par la société britannique Babcock a déposé une patiente de 76 ans souffrant d’un grave problème cardiaque, à l’hôpital de Santo Antonio à Porto.

Vers 18h30 heure locale (ou 19h30 à Paris) lors de son retour à la base de Macedo de Cavaleiros (nord-est), l’appareil a disparu brusquement des radars. Mais l’alerte n’a été donnée qu’aux alentours de 20h30 soit deux heures plus tard, a indiqué la Protection civile. Le ministre de l’Administration interne a notamment ouvert une « enquête technique urgente » afin de déterminer précisément les événements qui restent encore très floues, de cet accident mais aussi de comprendre les raisons d’un tel retard.

D’ailleurs, la carcasse n’a pu être trouvée qu’au petit matin du dimanche, à 700 mètres au sud de Capela de Santa Justa, une paroisse de la municipalité de Valongo.

Le secrétaire d’État à la Protection civile a annoncé que la géolocalisation des téléphones portables des victimes ont facilité les recherches. Grâce à ces appareils, les sapeurs pompiers ont pu localiser rapidement l’hélicoptère malgré les conditions météorologiques défavorables.

Premier accident grave au Portugal

En tout cas, il s’agit depuis 1997 du premier accident grave depuis que le service d’urgences médicales s’est équipé d’un hélicoptère, a fait savoir l’INEM dans un communiqué.

Un manque d’éclairage ?

L’évaluation préliminaire des débris de l’hélicoptère accidenté ce samedi pourraient faire penser que le véhicule ait percuté une antenne dans la zone. Selon le « journal i » de ce lundi, le manque d’éclairage en haut des antennes de la Serra de Pias à Valongo pourrait être à l’origine de l’accident.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous considérons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus