L’histoire du Bolo Rei, la galette portugaise

112

On ne peut pas parler des plats typiques de Noël au Portugal sans évoquer le fameux Bolo Rei portugais ! Signifiant gâteau des rois, il aurait déjà plus de 2 000 ans d’existence, mais savez-vous vraiment d’où vient-il ?

Le Bolo Rei et les Roi mages

Et oui, la légende raconte que ce sont les trois Roi mages : Gaspar, Melchior et Balthazar qui ont donné naissance au célèbre gâteau du roi. Les ingrédients utilisés pour le préparer représenteraient les cadeaux qu’ils ont apporté à l’enfant Jésus le jour de sa naissance : la pâte pour l’or, les fruits confits pour la myrrhe et le parfum du gâteau pour l’encens.

Dans tous les cas, avec sa forme circulaire et son trou au centre, le gâteau ressemble indéniablement à une couronne incrustée de pierres précieuses !

La légende raconte également que lorsque les Mages virent l’étoile qui annonçait la naissance de Jésus, ils se disputèrent pour savoir lequel des trois aurait l’honneur de voir l’enfant en premier. Pour mettre fin à cette discussion, un boulanger aurait fait cuire un gâteau cachant un haricot à l’intérieur, de sorte que celui qui tomberait sur la bonne part serait le premier à offrir son cadeau à l’enfant Jésus.

Jusqu’à récemment, la tradition voulait que celui qui découvrait le haricot devait apporter le Bolo Rei l’année d’après. Certains ont ensuite remplacé le haricot par une ou plusieurs pièces d’or puis par une fève (mise en place de normes sanitaires plus strictes).

Un périple depuis la France jusqu’au Portugal

Laissons de côté les mythes et cherchons une explication plus scientifique. Les archives anciennes montrent qu’il était coutume pour les Romains de faire des gâteaux semblables aux nôtres. Durant la fête des Saturnales (en hommage au Dieu Saturne), se déroulait l’élection du roi de la fête par tirage au sort, celui qui tombait sur la fève gagnait. Cette tradition a ensuite été adopté par les Chrétiens, qui ont vu dans ce gâteau une forme d’hommage aux Rois Mages.

Dans l’antiquité, il existait encore une autre tradition selon laquelle les chrétiens devaient manger douze gâteaux royaux entre Noël et l’Épiphanie, une fête célébrée à la cour des rois de France. Et c’est depuis la France qu’apparaissent les premiers témoignages de dégustation du gâteau du roi à la cour de Louis XIV. Plusieurs écrivains racontent ce moment et l’artiste renommé Jean Baptiste Greuze le peint même sous le titre de « Gâteau des Rois ».

greuze gâteau des rois
Le gâteau des Rois, Jean Baptiste Greuze

Sans étonnement, en raison de son nom et de sa connotation royale, le gâteau est interdit après la Révolution Française de 1789. Les pâtissiers français changent même son nom pour pouvoir continuer à le préparer.

Les débuts du Bolo Rei au Portugal

Baltazar Castanheiro Júnior
Baltazar Castanheiro Júnior

Le première fois où le Bolo Rei a été vendu au Portugal fut à la Confeitaria Nacional à Lisbonne (Confiserie en français), qui est d’ailleurs la plus ancienne de Lisbonne encore ouverte. C’est le célèbre chef pâtissier Gregorio qui a préparé la recette du Bolo Rei dans les années 1870, s’étant inspiré de la recette de cuisine du Gâteau des Róis en France et apportée de Paris par Baltazar Castanheiro Júnior, le fils du gérant de la Confiserie.

La première fois à Porto

À Porto, il fut mis en vente pour la première fois en 1890 à l’initiative de la Confeitaria Cascais selon la recette que son propriétaire apporta de Paris. Le « gâteau du roi » traversa avec succès le règne de la reine Marie II et des rois D. Pedro, D. Luis, D. Carlos et D. Manuel II.

Et tout comme en France, à partir du 5 octobre 1910, lors de la création de la République du Portugal, le Bolo Rei a vécu des jours tristes car son nom contenait le mot « roi ». À une époque où la monarchie était un cauchemar récent, la logique était de supprimer tout les vestiges qui faisaient penser au pouvoir suprême d’un roi. Ainsi, les pâtissiers et confiseurs avaient décidé de continuer à le fabriquer sous d’autres noms : « Bolo-Presidente », « Bolo-Arriaga », « Ex-Bolo-Rei » ou « Bolo de Ano Novo ».

Cependant, aucun nom ne sonnait bien à l’oreille des Portugais qui continuaient à appeler le gâteau par son nom initial, jusqu’à nos jours. Certaines sources affirment que d’autres le renommèrent « gâteau de Noël » ou « gâteau du Nouvel An ». La désignation de « gâteau national » était considérée comme la meilleure puisqu’elle se référait à la confiserie qui l’avait introduite au Portugal et surtout parce qu’un gâteau lié au pays était considéré comme positif en cette période.

De nos jours, en plus des confiseries et des pâtisseries traditionnelles, le Bolo Rei est également vendu en supermarchés et hypermarchés. Il se retrouve sur toutes les tables familiales et malgré son nom similaire, il peut être de consistances et de saveurs différentes selon le lieu où il est produit et la recette utilisée, mais peu importe les variantes, celui-ci reste délicieux.

Le Bolo Rei aujourd’hui au Portugal

Le Bolo Rei au Portugal se mange traditionnellement le 25 décembre juste après la messe du coq (Missa do Galo : messe catholique célébrée à minuit le soir de Noël). Contrairement aux plats typiques que l’on déguste la veille de Noël comme les pommes de terre, la morue, le chou, les oignons et les œufs (assez végétarien en fait), il faut attendre le lendemain du réveillon de Noël pour le goûter. Sa dégustation s’accompagne d’autres desserts de Noël comme le pain sucré aux fruits confits et le riz au lait. Délicieux !

Commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous considérons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus