Le tourisme au Portugal fortement menacé

640

Depuis plusieurs années, le secteur du tourisme au Portugal a connu un grand boom. En sept années consécutives, le tourisme au Portugal a battu tous les records, et cela notamment grâce à la désaffection pour l’Afrique du Nord et la chute des prix après la crise économique de 2010 et 2014, sans compter un effort inconcevable du pays pour promouvoir le tourisme au Portugal. Ainsi, entre 2011 et 2017, le chiffre d’affaires du secteur a doublé et équivaut à plus de 15 milliards d’euros, au point de devenir le deuxième pays du Monde le plus dépendant du Tourisme, économiquement parlant.

D’ailleurs, selon les chiffres obtenus auprès de l’Office Mondial du Tourisme (le baromètre OMT, volume 15), en 2016, le nombre des touristes venant des quatre coins du monde était évalué à 11,4 millions, représentant une hausse de 12,7% par rapport à l’année précédente. En Europe, c’est le deuxième meilleur taux de progression, dont la Hongrie tient la première place. Toutefois, pendant les 10 premiers mois de 2018, la fréquentation a chuté de 0,1%. Pour les touristes britanniques, la baisse a été monstrueuse, estimée à 9%.

Un problème d’infrastructure, mais pas que

En effet, suite à la saturation de l’aéroport de Lisbonne, et après une baisse consécutive du nombre de visiteurs britanniques après la dépréciation de la livre sterling, cette année, la croissance du tourisme pourrait être menacée, d’après la déclaration du Directeur Général du premier groupe hôtelier du Portugal. En effet, selon les dires de José Theotonie, le dirigeant de Pestana Group, qui est à la tête de 94 établissements hôteliers, il a déjà constaté une baisse de la fréquentation des Britanniques en 2018. Ces derniers préfèrent visiter d’autres pays tels que la Turquie, l’Égypte ou même la Tunisie, où la dévalorisation de la livre sterling se fait nettement moins ressentir. Il a également ajouté, « J’espère qu’à un moment donné, le bon sens permettra de parvenir à un accord évitant un Brexit ‘dur’ »

Selon les statistiques reçues des hôtels portugais, les Britanniques tiennent une place importante dans le tourisme national. Ils représentent environ 15% des visiteurs annuels, évalués à moins de 2 millions de touristes par an. D’après le dirigeant de Pestana Group, pour conserver le marché anglais, les hôtels portugais devront revoir leurs tarifs.

Pour cette nouvelle année, cette baisse serait évidente suite à la saturation de l’aéroport de Lisbonne. On tient à préciser qu’un accord a été signé entre le gouvernement et le groupe français Vinci pour l’extension du site et la mise en place d’un nouvel aéroport. Néanmoins, l’ouverture ne sera effective qu’en 2022 et les démarches à suivre sont encore pleines d’embûches, d’ici là, il pourrait y avoir de gros ressentis sur ces démarches un peu tardives.

José Theotonio a aussi proclamé « Notre principale préoccupation aujourd’hui, c’est la construction du nouvel aéroport. La profession hôtelière ne parle que de ça, ce qui est justifié ». Ainsi, la solution est déjà en cours de route mais ne sera opérationnelle qu’après 3 ans. De la sorte, les acteurs dans le secteur devrait encore prévoir une diminution du chiffre d’affaires pour cette année…

Commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous considérons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus